HIS Maison du Tchaplî

Durant la Seconde Guerre mondiale, la maison face à la chapelle Robert était habitée par le garde-forestier Joseph Duchêne, surnommé « le chapelain » ou « Tchaplî », décédé en 1942.

Fin juillet 1944, les membres du Front de l’Indépendance font sauter la maison pour en récupérer le bois destiné à leurs besoins.

Le propriétaire songe à la transformer en auberge de jeunesse, projet qui n’aboutit pas. Son successeur fait des lots de terrain à bâtir, mais la fabrique de Pécrot écrit à la Commission des « Monuments et des Sites », demandant qu’on ne bâtisse pas dans le voisinage immédiat de la chapelle « pour garder intact un site naturel si beau et si paisible ». La Commission lui donne raison en déclarant : « Devant la chapelle, on a une impression puissante d’espace découvert et de solitude. La vue de constructions modernes à deux pas causerait la mort de cette émotion esthétique. »

La maison reconstruite ensuite n’occupe qu’une petite partie de l’ancien bâtiment. Elle recèle quelques souvenirs du passé : la cheminée dans le living a été construite avec les pierres de Gobertange formant l’ancien saloir, les caves sont en partie celles de l’ancien café (il ne s’agissait en réalité pas d’un café mais les gens venaient s’y désaltérer), le mur principal du petit atelier derrière la maison est celui de la porcherie, plusieurs murets ont été réalisés avec d’anciennes briques.

Commentaires, amendements … ? gelura@proximus.be, M.-Ch. & J.-Fr. Misonne, https://www.gelura.be/ccr/