HIS Le peuplier, l’allumette et la biodiversité

Dans le paragraphe précédent…
https://www.gelura.be/ccr/ccr31/ccr31-nat-apprenons-a-distinguer-les-peupliers
…étaient évoquées les maladies ayant grandement décimé  les peupliers début des années 80′ : la rouille du peuplier (Melampsora larici-populina) et le chancre européen du peuplier (Dothichiza populea).

Pourquoi de tels problèmes ? Qui, soit dit en passant, nous rappellent ceux que nous connaissons actuellement pour les épicéas. Pour comprendre cette problématique…

Racontons l’histoire de 163 ans de production d’allumettes belges…

1835. Première usine de production allumettière à Lessines (dans le Hainaut). Elles ont pour nom : « Allumettes suédoises ».

1850. L’usine est déplacée à Grammont (Geraardsbergen, en Flandre Orientale).

1850-1860-1870. D’autres usines sont créées à Grammont et ailleurs.

1912. Vu la concurrence venant de Suède, huit usines belges se réunissent pour former « L’Union allumettière belge ». Les initiales « UA » entrelacées se retrouvent sur toutes les boites d’allumettes appelées « Trois torches ».

UA = Union allumettière

N.B. Le « made in Bruxelles, Belgium » est incorrect puisqu’on n’a jamais produit d’allumettes à Bruxelles.

1920. Des usines, rachetées par une entreprise suédoise, forment une union rivale, sous le nom de « Fabrique belge d’allumettes (FBA) ».

 1929. « L’Union allumettière belge » et « La Fabrique belge d’allumettes » fusionnent pour créer « L’Union allumettière ».

1944. Un grand complexe est créé à Grammont, véritable « capitale de l’allumette » (1.600 ouvriers).

1948. Vu le manque de connaissances en techniques de plantation et vu les problèmes liés aux maladies des peupliers, l’industrie allumettière crée « L’Institut de populicultureInstituut voor Populierenteelt » à Grammont. (A l’instar des sucreries qui avaient créé en 1932 un institut de recherches betteravières (IRBAB) à Tirlemont.)

1970. L’Institut de populiculture développe les premiers clones de peuplier, qui connaissent un grand succès, en Belgique comme en Europe.

1980. La société change de nom et devient « Union Match » (UM). Les boites restent tricolores, aux couleurs nationales noir‑jaune‑rouge de la Belgique et continuent à porter le célèbre logo aux trois torches. Les deux initiales UA (Union Allumettière) sont remplacées par les initiales UM (Union Match) entrelacées, tout comme jadis le « UA ».

UM = Union Match

1997. Union Match est racheté par la société suédoise, la « Swedish Match ».

1998. La « Swedish Match Belgium » arrête la production d’allumettes en Belgique.

Ainsi se terminent 163 ans de production d’allumettes en Belgique. Cependant, la fameuse allumette ‘Union Match’ est encore fabriquée… mais en Hongrie.

(NB. En 1988, suite à la réforme de l’État et la régionalisation de la recherche agronomique, l’Institut de Populiculture est transférée à la Communauté flamande. Depuis lors, il a été fusionné avec différents autres centres de recherches agronomiques flamands.

Mais pourquoi le peuplier a-t-il tant souffert de maladies  ?

Quand, aux début des années 80′, nous participions aux balades guidées par le Dr Jacques Sténuit (président-fondateur des APD « Amis du Parc de la Dyle ») dans la vallée de la Dyle à Pécrot, la populiculture était une véritable désolation, un « cimetière de peupliers ». On écoutait le Dr Sténuit évoquer les raisons des maladies du peuplier…

… et on comprenait brusquement tout le sens du vocable « biodiversité ».

Certes, l’Institut de populiculture avait fait du très beau travail en 1970 en sélectionnant des peupliers beaucoup plus productifs, puis en en faisant des clones, c.-à-d. qu’on faisait un grand nombre de « copies » de ces individus plus productifs.

Hélas, « copie de la productivité » signifie forcément « copie des faiblesses ». Tant qu’il existait une grande « diversité » d’individus, ceux-ci se différenciaient ET par leur rendement… ET par leur sensibilités aux maladies. Un individu moins productif pouvait p.ex. être moins sensible.

Puisque tant de peupliers étaient identiques… le jour où une maladie s’en est emparée, ils en ont été les victimes, accélérant leur perte.

Commentaires, amendements … ? gelura@proximus.be, M.-Ch. & J.-Fr. Misonne, https://www.gelura.be/ccr/