NAT Les corvidés… petite leçon de langues

Qui dit « corvidés » dit « corbeau, corneille »… cela va de soi.
On peut s’étonner que cette famille fasse partie de l’ordre des passeriformes (moineau, mésange, merle, grives… et bien d’autres oiseaux de plus petite taille).

Citons en passant deux autres espèces de corvidés connues de tous : la pie bavarde et le geai des chênes.

Les corvidés auxquels on pense immédiatement sont : le (grand) Corbeau, la Corneille (noire), le (corbeau) Freux et le Choucas (des tours).
Belle occasion d’en donner les noms flamands, d’autant que nous nous promenons le long de notre frontière linguistique et qu’à Pécrot, il y a un coin appelé « le quartier flamand ».

On sait que les Flamands (et les Néerlandais) sont beaucoup plus friands d’onomatopées que les francophones. Ce terme signifie « mot » (du grec onomatos) « créé » (du grec poiía) ; ex. le chat « miaule » parce qu’il fait « miauw ». Les Néerlandophones « créent un nom » d’oiseau qui évoque son cri (ou son chant). La connaissance de ces onomatopées flamands nous permettent de mieux reconnaître ces Corvidés à leurs cris.

D’après L. Svensson (2000) et R. Peterson (1971), Delachaux et Niestlé. (Proportions des dimensions respectées.)

Le « Choucas (des tours) » se dit « Kauw » car son cri évoque le cri « cow cow… ». NB. Le « cas » de chou »cas » est lui-même une onomatopée.
Le « (corbeau) Freux » se dit « Roek » car son cri évoque le cri « rouc rouc… ».
La « Corneille » se dit « Kraai » car son cri évoque le cri « kroa kroa… ».
Le « Corbeau » se dit « Raaf » car son cri évoque le cri « rof rof… ».

Le Choucas a « une bonne tête ronde » plus grise que son plumage. Il a de beaux yeux bleus et se laisse facilement apprivoiser. Que de nos proches l’ont fait, pour voir un jour leur « Kauw » s’envoler vers d’autres cieux.

Le Freux n’a « pas une aussi bonne tête » que le choucas. Un petit moyen mnémotechnique (que chacun appréciera selon ses sensibilités) consiste à dire qu’il est le plus affreux de nos quatre corvidés.

Les Corneilles noires sont très communes à Pécrot. On peut les observer par centaines sur les peupliers le long des « Grands-Prés » (entre l’étang de Pécrot et Florival).
Beaucoup plus rare est le Corbeau, que certains confondent avec la Corneille, qui est toutefois beaucoup plus petite. De la pointe du bec à celle de la queue, le corbeau mesure ±62 cm, contre ±46 cm pour la corneille, soit 3/4 du corbeau. Au vol, on aperçoit que la queue du Corbeau se termine en triangle alors celle de la Corneille est légèrement arrondie.

Commentaires, amendements … ? gelura@proximus.be, M.-Ch. & J.-Fr. Misonne, https://www.gelura.be/ccr/