NAT Le Vanneau huppé

Arrivés au Grand-Pré, on peut voir voler les vanneaux au printemps (davantage dans les prairies au-delà du petit bois de l’étang, et surtout, mais en s’écartant du Circuit Chapelle Robert, dans les prairies le long de la Dyle au Nord de la rue de Rode).
Ils sont immédiatement reconnaissables à leur cri « kiivit, kiivit » et à leur vol « en zig-zag ».

Nom latin : Vanellus vanellus.
Nom français : Vanneau huppé
Nom flamand : Kievit… comme son cri : « kiivit, kiivit… » (onomatopée). V. : https://www.gelura.be/wp-content/uploads/2021/02/Vanellus-vanellus.-Demo.mp3

Classification : Ordre des Charadriiformes, Famille des Charadriidés.

Étymologie des noms latin et français :

« Huppé » vu sa longue huppe noire recourbée.
« Vanneau » <°Lat. ‘vannus’ « van » = panier plat en osier, dont se servait le « vanneur » pour séparer la paille du bon grain en les projetant en l’air. Le battement rapide des ailes du vanneau produit un son rappelant le bruit que fait le van dans les mains du vanneur. C’est ainsi que ‘van’ est à l’origine des noms ‘vanellus’ et « vanneau ». (N.B. Ce « van » n’a rien à voir avec celui dans lequel voyagent les Étatsuniens et qui a pour origine le mot français « caraVANe ».)

Battement rapide des ailes du vanneau, rappelant le bruit du van.
Van dans les mains du vanneur. (Tableau de J.‑Fr. Millet)

Description :

Bec noir. Joues blanches barrées de noir au niveau de l’œil, noir lui aussi. Face noire. Plastron noir. Ventre blanc. Dessus des ailes, nuque et manteau vert foncé avec des reflets bronze et violacés.
Ailes arrondies et extrémités des trois dernières rémiges primaires blanches.
Pattes rougeâtres
Queue blanche terminée d’une barre noire.
Sous-caudales brun roux.
En vol, les ailes montrent une fois le dessus sombre, puis le dessous blanc… comme un « clignotant ».

Migration : Dès la fin juillet, nos vanneaux se réunissent en groupes pour migrer vers le Sud ou l’Ouest de l’Europe. En hiver, on l’observe soit en colonies dans les régions maritimes françaises, soit en Afrique du Nord.

Alimentation : Le vanneau se nourrit d’insectes et araignées (au sol ou juste sous le sol ou dans la végétation), et de lombrics.

Le vanneau tapote le sol pour faire réagir ses proies pour les saisir aussitôt.

Poussins : Les pontes (±4 œufs par nid) ont surtout lieu en avril et les œufs sont couvés surtout par les femelles. Les poussins éclosent après ±4 semaines. Ils sont surtout élevés par les femelles, les mâles défendant les pontes et les nichées contre les prédateurs. Ils sont nidifuges, c.-à-d. qu’ils quittent le nid quelques heures après leur éclosion, et ils prennent leur envol un bon mois après l’éclosion.

Première prise de conscience de la protection de la nature…
Il y a bien longtemps, quand nous étions fort jeunes (fin des années 50, début des années 60…) nous nous promenions dans une prairie appelée « prairie aux vanneaux », car on y trouvait des nids de vanneaux. Nous re « ramassions » pas leurs œufs, bien que cette pratique était autorisée à cette époque. À ce point d’ailleurs, que le premier « Hollandais » qui trouvait un œuf de vanneau était accueilli au palais de la reine des Pays-Bas pour le lui offrir. Dans les années 60, la reine avait mis fin à cette pratique peu respectueuse de la nature. On peut en effet imaginer les milliers de Hollandais se promenant dans les prairies de vanneaux en espérant avoir l’honneur d’être accueillis au Palais. D’où cette première prise de conscience naturaliste chez bien des gens.

Pour nous faire l’avocat du diable, soulignons qu’en cas de perte des oeufs, la femelle peut remplacer la ponte une ou plusieurs fois, jusqu’en juin. Il n’y a d’ailleurs pas que les « ramasseurs d’œufs » qui constituent un danger pour les nids. Ceux-ci sont confectionnés par les mâles dans une cavité au sol de prairies humides durant la parade nuptiale. Les nids risquent donc d’être piétinés par le bétail ou détruits par des engins agricoles. Sans compter les animaux (oiseaux, mammifères, reptiles) qui se nourrissent de ces œufs si facilement repérables.

Aujourd’hui, la chasse et le ramassage des œufs sont interdits en Belgique et aux Pays-Bas, mais la chasse est toujours autorisée en France.

Guéguerre Franco-Hollandaise.
Comme on vient de le voir, les Hollandais étaient très friands d’œufs de vanneaux. Contrairement aux Français qui eux, sont de grands amateurs de la viande de vanneau. Faisant allusion au goût exquis de la chair de cet oiseau, une expression dit d’ailleurs que : « Qui n’a pas mangé de vanneau n’a pas mangé de bon morceau. »

Les Hollandais souhaitaient  donc qu’on interdise la chasse aux vaneaux, alors que pour les Français, « manger de nombreux œufs de vanneaux » était bien plus préjudiciable que de « manger un seul vanneau ». Pour eux, c’est le ramassage d’œufs de vanneaux qu’il fallait donc interdire, mais pas la chasse. Laissons à Salomon le soin de trancher cette épineuse question… encore que l’interdiction de la chasse clôture ce débat, du moins dans notre pays.

Si les Français aiment les vanneaux marinés aux champignons, les Hollandais et les Belges appréciaient les œufs de vanneaux préparés « à la mode d’asperges à la flamande », en troquant les œufs de poules pour ceux de vanneaux, et les asperges pour des jets de houblons.
Ah… le houblon, encore une culture presque abandonnée dans notre pays !

Récolte de jets de houblons en mars-avril. (http://hopscheuten.eu.cloudsites.websrv.be/hopscheuten)

Jadis en se rendant à la mer et en passant par Asse puis Alost, on pouvait admirer des houblonnières dont les plants étaient fixés à des tuteurs hauts de 7 m. Au printemps, lors du redémarrage de la culture, on coupait les jeunes pousses, ressemblant à des petites asperges et appelées « jets de houblons » (« hopscheuten »). Aujourd’hui, on les sert encore dans des restaurants, mais avec des œufs de cailles et non de vanneaux, dont le ramassage est tout à fait interdit.

Commentaires, amendements … ? gelura@proximus.be, M.-Ch. & J.-Fr. Misonne, https://www.gelura.be/ccr
Bibliographie : https://www.gelura.be/ccr/ccr1/ccr1-his-bibliographie
Photos : M.-Ch. & J.-Fr. Misonne, 18.05.2021.